✄ Pilleurs de tombes, magasins est-allemands, bonbons exotiques, Bretécher, Daho, art algorithmique... ✄

COUPÉ AU MONTAGE #14

Bonsoir tout le monde.

— et bienvenue aux nombreux nouveaux abonnés débarqués depuis hier, je sais pas d'où vous sortez mais c'est un plaisir de vous accueillir. Faites comme chez vous, les mugs sont dans le placard du haut et les sachets de tisane dans le deuxième tiroir.

✄✄✄

Suite à l'histoire de vandalisme scout de la semaine dernière, mon excellente compagne me signale L'abri du poisson, un abri sous roche orné situé en Dordogne, et qui "présente à son plafond un poisson du Gravettien sculpté en bas-relief qui fait sa renommée", nous dit Wikipédia.

Le point amusant est que le bas-relief en question, d'une taille imposante et rehaussé de rouge, a été victime d'une tentative de vol, qui n'a heureusement pas abouti (mais qui a laissé des traces de burin).

Si ça vous intéresse, vous trouverez beaucoup d'autres photos de l'abri, du poisson, et de leur environnement sur cette page.

✄✄✄

J'ai appris cette semaine que le comic The Far Side, dont je vous parlais en février dernier, avait connu un projet d'adaptation en film dans les années 80 :

Le projet s'est cassé la gueule avec l'éviction de David Puttnam de la direction de Columbia Pictures, et rétrospectivement je crois qu'on peut tous tomber d'accord pour dire que c'est une excellente chose.

✄✄✄

Plusieurs lectrices m'ont signalé que la SNCF aussi propose des compartiments réservés aux femmes dans ses trains de nuit.

✄✄✄

Une nuit d'insomnie, j'ai écouté l'émission Toute une vie consacrée à Claire Bretécher, et en plus d'être diverti par les interprétations de quelques planches des Frustrés et d'Agrippine, j'ai appris plein de trucs sur elle et son itinéraire.

Ce serait triste de vous résumer toute une vie en trois lignes, alors je vous dirais seulement que je retiens les éclats de rires de Gotlib et Mandryka imitant Brétecher et ses "Oh là là c'était HORRIBLE, je me suis fait CHIER, mais CHIER", et surtout la pertinence sidérante des Frustrés pour comprendre la transition entre 68 et les années Mitterand, à partir de monologues pratiquement immobiles dans un fauteuil Ligne Roset.

✄✄✄

Le lendemain soir on a beaucoup chanté chez une copine, notamment Étienne Daho, et je crois que c'était la première fois que je prêtais vraiment attention aux paroles de son premier tube, Tombé pour la France.

Là encore j'entends quelque chose d'extrêmement pertinent sur les années 80, avec ce titre génial qui entérine le fait que la guerre c'est loin et qu'on s'en fout maintenant, be-bop la vie c'est n'importe quoi — j'ai l'impression de voir le moment de bascule où les soixante-huitards sur le retour se transforment en bourgeois bon teint qui élèvent leurs enfants n'importe comment.

✄✄✄

J'en profite pour vous recommander le clip de You Spin me Round (Like a Record), dont une version absolument nickel est disponible sur YouTube, ce qui donne l'étrange impression d'être face à une parodie récente des années 80, un peu grossière à force de caricature :

✄✄✄

Suite à l'histoire de superstitions dans les fabriques de processeurs d'il y a deux semaines, plusieurs personnes, dont l'auteur de l'excellente newsletter NESTED!, m'ont envoyé cette page intitulée "Software Folklore", qui compile des histoires des bugs informatiques les plus invraisemblables. Je connaissais seulement l'histoire de l'université qui n'arrivait plus à envoyer de mails à plus de 500 miles de distance et celle du TGV qui tombait en panne quand quelqu'un tirait la chasse donc j'ai appris des trucs.

✄✄✄

Pour les germanophones : j'ai beaucoup aimé ce podcast de Kathrin Aehnlich à propos d'Intershop, une chaîne de magasins d'État en RDA, où étaient vendus des biens de consommation produits en Allemagne de l'Est, mais qui étaient normalement exportés à l'Ouest. Les touristes et les Berlinois de l'Ouest venaient y acheter à bas coût des cigarettes, de l'alcool, du café de qualité, des magnétophones... Ces magasins situés près des frontières, voire dans le métro de Berlin, étaient tolérés malgré leur peu de communisme parce qu'ils rapportaient au gouvernement de la RDA les devises étrangères qui lui faisaient cruellement défaut.

Pour les Allemands de l'Est, comme l'autrice du reportage lorsqu'elle était enfant, Intershop représentait le parfum de l'Ouest, le luxe et l'exotisme qu'on ne pouvait se payer que si, par miracle, un oncle de passage avait laissé quelques marks ouest.

✄✄✄

La camarade @slowpress me recommande (à l'instant) Plus Equals, une zine trimestriel sur les trames, les motifs et l'art algorithmique, et qui me réjouit tout à fait.

✄✄✄

Pour finir : j'ai découvert hier l'existence de /r/snackexchange, une communauté reddit dédiée aux échanges internationaux de paquets de chips, gâteaux, bonbons et autres cochonneries. Si ça vous dit d'échanger des paquets de Petits écoliers et de croquants au chèvre Franprix contre des snacks exotiques et lointains, préparez-vous quand même à dépenser à peu près deux fois plus en frais de port qu'au supermarché, comme le signale cette brève introduction.

✄✄✄

Et ce sera tout pour cette fois.

On se retrouve la semaine prochaine, d'ici là, portez-vous bien et ne mangez pas trop de gâteaux.

M.