✄ Tintin, semi-conducteurs et superstition, prothèses bioniques, Dune, trains de nuit, musique préhistorique...✄

COUPÉ AU MONTAGE #13

Bonsoir tout le monde.

J’espère que l’arrivée de l’automne et l’omniprésence des gros fachos dans les médias ne vous pèsent pas trop (pour ma part je m’abîme dans le bricolage pour oublier. L’inconvénient majeur c’est qu’à force de faire de l’enduit, je rêve de pâte à crêpes).

Je ne sais pas si je peux vous offrir du réconfort mais je vais tâcher de vous proposer, au moins, un instant de répit.

✄✄✄

En bricolant, justement, je rattrape plusieurs semaines de retard accumulé dans l’écoute de mes podcasts favoris, et j’ai beaucoup aimé l’épisode de 99% Invisible sur les prothèses (adapté de cet article). L'émission est plus particulièrement consacré aux nouvelles prothèses de bras à look très cyborg, qui revendiquent ouvertement l'influence des films de SF, et dont le développement a été accéléré pour les nombreux vétérans mutilés des guerres d’Irak et d’Afghanistan.

Ces bras robotiques ont l’air super cool, mais ils ne sont pas toujours pratiques d’utilisation pour celles et ceux qui les portent. Ils sont lourds et chers et non configurables, globalement moins utiles qu’un simple crochet (ou que rien du tout : les gens à qui il manque un membre sont souvent plus habiles avec leur corps tel qu'il est). Fondamentalement ces prothèses futuristes sont conçues pour que les autres soient plus à l’aise en présence d’un amputé que pour le porteur lui-même.

✄✄✄

J’ai découvert grâce à mon fils et son cours de musique la vidéo suivante sur les sonorités et instruments de musique préhistoriques, et si je ne suis pas tout à fait prêt à m’en faire une playlist Spotify, je peux dire que j’ai appris des trucs :

https://sciencesinfusent.univ-lille.fr/videos/video/sonorites-de-la-prehistoire-1

✄✄✄

La parenté entre les aventures d’Indiana Jones et celles de Tintin est établie depuis longtemps, et elle est d’autant plus manifeste depuis que Spielberg a fini par tourner son étrange Tintin en performance capture.

Du coup j’ai été intéressé d’apprendre que Spielberg avait entrepris d’acquérir les droits de Tintin très tôt, dans les derniers mois de la vie d'Hergé, et que les deux hommes avaient bien failli se rencontrer.

✄✄✄

Je suis fasciné par le fait que la fabrication des processeurs est d’une précision et d'une complexité telles qu'il est souvent difficile de déterminer quel facteur va causer une variation des rendements, et qu’on en revient donc, faute de mieux, à la superstition (même si l'hygiène ne fait pas de mal non plus) :

Dans les réponses à ce tweet, quelqu’un rapporte aussi l’histoire d’une autre usine de semi-conducteurs, dont les rendements étaient calamiteux tous les mardis. La raison était, vraisemblablement, qu’un énorme train de marchandises passant chaque semaine à des kilomètres de l’usine faisait trembler le sol. La solution, quoi qu’il en soit : pas de production le mardi.

✄✄✄

James Turrell, dont je vous parlais il y a trois semaines, a reçu le 14 septembre dernier le prestigieux prix japonais Praemium Imperiale, qui se veut une sorte de prix Nobel pour les artistes, avec un jury international et distribué qui sélectionne des candidats.

Nul doute que la récompense pécuniaire reçue par Turrell sera immédiatement engloutie dans les travaux de Roden Crater.

✄✄✄

Parmi les autres lauréats du prix Praemium Imperiale, j’ai découvert l’architecte australien Glenn Murcutt, père du « fonctionnalisme écologique », qui dessine à la main des maisons simples et insérées dans leur environnement, et tout ça sans climatiseur — c’est un peu le père des tiny houses et autres cabanes géométriques qui font rêver tout le monde en ce moment

✄✄✄

Une chouette interview de Wojtek Siudmak, le peintre auquel on doit d’innombrables couvertures de la collection SF de Pocket, notamment le visage hypnotique qui orne l’édition de Dune

✄✄✄

Au passage, toujours à propos de Dune, un article à contre-courant sur les influences et positions pas toujours ragoûtantes de Frank Herbert :

Les grands-parents et les parents de l’auteur, Frank Herbert, faisaient partie du mouvement socialiste coopératif de l’époque d’Eugene Debs. Herbert lui-même, cependant, rejetait cette orientation politique collectiviste et se reconnaissait dans un individualisme machiste et conservateur. À la trentaine, il travaillait pour une série de politiciens et de candidats républicains et devint de plus en plus antigouvernemental.

Après sa publication, Dune est néanmoins devenu populaire parmi les étudiants hippies de gauche, mais Herbert lui-même n’a jamais eu la moindre sympathie pour ce courant. Pendant l’écriture du roman, il était par exemple influencé par S. I. Hayakawa, un universitaire réactionnaire spécialisé dans la sémantique. Le gouverneur de Californie de l’époque, Ronald Reagan, avait expressément nommé Hayakawa président de l’Université d’État de San Francisco pour briser une grève menée par le Front de Libération du Tiers Mondele Black Student Union et l’American Federation of Teachers. Hayakawa et Herbert s’entendaient bien et Herbert fut invité à contribuer à affaiblir la grève en organisant des séminaires d’écriture en 1968. Il accepta bien volontiers.

[Qu’est-ce qui nous attire dans l’obscurité réactionnaire de Dune ?]

✄✄✄

L’inépuisable @temptoetiam me signale que :

pour les Stradivarius, je crois que c'est un cas de dent d'or de Fontenelle : avant d'essayer d'expliquer la supériorité des stradi, il faudrait déjà la démontrer...

Il semblerait qu'elle soit dure à prouver une fois le protocole correctement conçu.

https://www.google.com/amp/s/psmag.com/.amp/education/debunking-the-myth-of-the-miraculous-stradivarius

✄✄✄

En attendant le résultat des élections fédérales, j'ai été émoustillé par cette proposition des Verts allemands pour un réseau européen de trains de nuit :

Le compte @TrainsForEurope a analysé la viabilité des différentes lignes, en fonction des rails existants et des différents systèmes d’alimentation électriques existants en Europe (un sujet effroyablement complexe et sur lequel je ne me lancerai pas), et estime que les 3/4 des lignes proposées sont viables.

En tant que grand ancien qui a connu le Paris-Berlin en couchette et que lecteur de Maigret, je suis évidemment enthousiaste. Mais j’ai quand même un fort sentiment de gâchis, comme quand je vois les villes d’aujourd’hui reposer des rails de tramway par-dessus ceux qu’elles avaient coulés dans le bitume il y a cinquante ans pour faire place aux voitures.

(J’ajoute que si j’en crois les réactions lues sur twitter, les femmes sont loin d’être toutes enthousiasmées à l’idée du retour des trains couchettes — la compagnie autrichienne NightJet, à la pointe de la résurgence du train de nuit, propose d'ailleurs des compartiments réservés aux femmes)

✄✄✄

Et ce sera tout pour cette semaine.

Portez-vous bien, et n'oubliez pas de vous reposer de temps en temps, la route est encore longue.

M.