Ce qui laisse des traces

ABSOLUMENT TOUT — ÉP. 65

Bonsoir tout le monde.

Cette semaine je suis carrément au bout du roul', alors ce sera bref.

1. Mots fossiles

J'ai découvert le concept de "mot fossile", qui désigne un mot qui n'est plus guère employé que dans une expression, et dont le sens original est à peu près oublié :

Un lustre : Dans l'expression, "ça fait des lustres qu'on ne s'est pas vu". Le lustre est une période de 5 ans. C'est un terme d'origine religieuse.

Un for : Dans l'expression, "en mon for intérieur". Le for intérieur est le tribunal de la conscience.

Une lice : Dans l'expression, "le joueur entre en lice demain". La lice, anciennement, était une palissade puis est devenu le champs clos dans lequel se déroulaient les tournois et joutes.

[Top 10 des mots qu’on utilise encore mais dont on a perdu le sens d’origine]

Il y a plein d'exemples en anglais sur la page Wikipédia correspondante — c'est amusant de voir une liste de tous ces termes qui m'auront fait douter de ma compréhension de la langue anglaise la première fois où je les ai rencontrés, et dont j'ai fini par m'accommoder, comme des voisins excentriques mais pas méchants, finalement.

2. Les ravages de l'hygiénisme

“La grotte de Mayrière supérieure”, nous dit Wikipédia, “est une grotte ornée proche de la vallée de l'Aveyron, sur la commune de Bruniquel en Tarn-et-Garonne”. Elle est formée d'un long couloir sinueux, et ses parois comportent deux figurations de bisons noirs, à une cinquantaine de mètres de l'entrée.

Les peintures sont découvertes par un spéléologue du spéléo-club albigeois (A. Jarlan), le 10 août 1952, et authentifiées par H. Breuil en octobre de la même année. Elles sont relevées par J. Clottes et R. Guicharnaud en 1976. D'autres figures, qui se sont par la suite avérées fausses, ont été décrites par L. et M. Dams en 1979.

[Tarn-et-Garonne, Grotte de Mayrière supérieure, ou Paxole, ou Les Dames, ou Grandes Mayrières]

Ces peintures ont survécu pendant des millénaires aux assauts des griffes des chauve-souris, mais elles n'ont rien pu faire contre le scoutisme :

3. Le papier radioactif

Pour finir, je vous recommande la vidéo ci-dessous, qui raconte comment Kodak a découvert l'existence de Trinity, le tout premier essai nucléaire américain, en constatant que ses films pour rayons X étaient constellés de petites tâches causées par la radioactivité des feuilles de papier intercalées — alors même que Kodak avait consacré une certaine énergie à garantir que le papier de sa chaîne logistique n'était pas contaminé par les traces de radium qui se glissaient un peu partout :

⌾⌾⌾

Et ce sera tout pour cette fois.

Portez-vous bien, prenez des forces, faites des choses plaisantes. À la semaine prochaine.

M.